Les conditions d'accès aux aides du PIDIL


Sont éligibles aux aides du PIDIL :

  • les jeunes agriculteurs s'installant hors cadre familiale
  • les jeunes agriculteurs reprenant une exploitation familiale ayant besoin d'être confortée
  • les chefs d'exploitation qui cessent leur activité et les propriétaires fonciers qui cèdent leurs terres et bâtiments à des jeunes agriculteurs

Rémunération du stage de parrainage d'un jeune

Cette aide permet à un jeune en parcours d'installation de réaliser un stage de formation dans une exploitation sans successeur qu'il souhaite reprendre. Se met alors en place une phase transitoir de travail en commun entre cédant et repreneur. Pendant le stage, pour une période de 3 à 12 mois, le jeune est sous le statut de stagiaire de la formation professionnelle et est rémunéré sur cette base. Les cotisations sociales sont également prises en charge.

 

 

Complément local de DJA

Cette aide, débloquée par les collectivités territoriales permet d'inciter des installations connaissant des difficultés supplémentaires, soit de par leur situation géographique difficile (zone périurbaine, montagne) soit parce que le système de production envisagé ne connait qu'un très faible renouvellement d'exploitation (installation ovines). Cette aide vient en complément de la DJA et des prets bonifiés.

 

 

Aides aux cédants

Inscription au Répertoire Départemental à l'Installation (RDI)

Une aide de 5 000€ peut être versée à un cédant décidant de s'inscrire sur le Répertoire Départementale à l'Installation, en vue  de rechercher un repreneur jeune agriculteur. L'inscription ai RDI doit être faite minimum un an avant la cessation de l'activité par le cédant.

 

Aide à la location de la maison d'habitation et/ou de bâtiments

Cette aide est destinée à encourager le cédant à transmettre ses terres à un jeune agriculteure qui s'installe, en lui louant également la partie habitation du siège d'exploitation et/ou les bâtiments d'exploitation.

L'aide est plafonnée à 5000€ et se décline ainsi :

  • 2500€ en cas de location d'un bâtiment d'exploitation de plus de 100m²
  • 2500€ en cas de location d'une maison d'habitation représentant le siège d'exloitation