Les différents types d’aides à l’installation en agriculture


Afin de soutenir l’installation en agriculture, de participer au renouvellement des générations d’agriculteurs et de favoriser la création d’activité en zone rurale, l’Europe, l’Etat, les régions, les départements et parfois les communautés de communes ou de pays ont mis en place des aides. Ces aides sont des aides publiques.

Les aides à l’installation Jeunes Agriculteurs

Les aides JA mises en place par l’Etat et co-financées par l’Europe sont constituées d’une aide à la trésorerie (DJA), d’une aide à l’investissement (prêts à taux bonifiés) et d’avantage fiscaux. Elles sont conditionnées à la détention de la Capacité Professionnelle Agricole, à la présentation d’un projet viable (cf. Les conditions d’accès) et à un dépôt de dossier avant 40 ans.

Les aides du PIDIL

Le Programme pour l’Installation des jeunes en agriculture et le Développement des Initiatives Locales (PIDIL) est un ensemble d’aides venant en complément de celles déjà existantes, notamment les aides JA. Le PIDIL peut concerner le cédant ou le repreneur, et ces aides peuvent être financées par l’Etat, la région, le département ou par des structures locales.

Les avantages octroyés par des structures locales

Les avantages octroyés par des structures locales
Dans le département, un certain nombre de structures et collectivités impliquées dans l’installation en agriculture et plus généralement dans l’agriculture (banques, assurances, centre de gestion, coopératives, communauté de commune,…) proposent des avantages à un jeune qui s’installe en agriculture et qui répond aux conditions JA ou non.